Ang Lee mérite plus de respect pour l’expérience numérique ambitieuse de ‘Gemini Man’

Ang lee



Rob Latour / Variété / Shutterstock

Ang Lee était en préparation pour 'Hulk' quand il a senti la pression d'abandonner le film et de tourner numériquement pour la première fois, mais il lui faudrait une décennie pour devenir converti. Au cours de ces années, alors que Hollywood passait à la cinématographie numérique, Lee a résisté - un peu comme son homologue hollywoodien Christopher Nolan - allant même jusqu'à éviter le processus numérique intermédiaire (DI) qui était devenu une pratique de post-production standard. Du point de vue de Lee, il y avait un tour de passe-passe dans l'industrie cinématographique qui se poursuit encore aujourd'hui.



'Ils essaient de faire ressembler le numérique à un film', a déclaré Lee lors d'une longue interview avec IndieWire cette semaine. 'C'est un média différent avec une perception différente, des exigences différentes. Le numérique ne veut pas être un film, il veut être autre chose. Je pense que nous devons dépasser cela et découvrir ce que c'est. »



Avec “; Gemini Man, ”; Lee a fait sa deuxième tentative de prise de vue à une fréquence d'images élevée (HFR), en utilisant un format numérique 3D. Le film, qui sortira en salles demain, ne plaît pas à beaucoup de critiques, qui appellent ouvertement l’auteur à abandonner sa quête capricieuse d’un nouveau type de cinéma. Certains profils décrivent le réalisateur de 64 ans comme une figure isolée à la recherche de pertinence, et suggèrent même que le double lauréat d'un Oscar est devenu désespéré. Pourtant, malgré toutes les discussions négatives entourant le film, peu de choses se concentrent sur ce que Lee essaie réellement de faire, ou même sur ce qu'il a réellement accompli.

Malgré tous ses défauts, «Gemini Man» est une étape majeure au-delà du premier effort 3D HFR de Lee, «Billy Lynn's Halftime Walk», et montre qu'il fait de réels progrès vers ce qu'il appelle «la promesse du cinéma numérique». Il n'est pas là encore - mais il y a une authenticité à son voyage qui mérite plus de respect.

Les critiques de Lee ne peuvent pas comprendre pourquoi l'homme qui a créé la poésie cinématographique de «Crouching Tiger, Hidden Dragon» et capturé le désir douloureux du cowboy de Heath Ledger dans «Brokeback Mountain», a échangé la magie de 24 images par seconde (FPS) de film pour l'aspect hyperréaliste distrayant du HFR. Lee a dit qu'il savait d'où venait le contrecoup: le tournage HFR peut sembler laid et être désagréable pour les yeux. Mais c'est exactement le problème qu'il cherche à résoudre. Comme il le répétait souvent à son équipe «Gemini Man», «il n'y a pas de mauvais médias, il n'y a que de mauvais artistes.»

'Le film est devenu si bon parce que pendant plus de cent ans, génie après génie, artisan après artisan, années de rétroaction du public, il est devenu très sophistiqué', a déclaré Lee. «Je crois simplement qu'il y a une beauté très différente, un rêve onirique dans le numérique. J'essaye de le trouver. '

box-office des petits pieds

«Gemini Man»: Ang Lee et Will Smith

Lee a d'abord été contraint de tourner en numérique alors qu'il voulait expérimenter la 3D pour 'Life of Pi' en 2012. Bien qu'il ait remporté l'Oscar du meilleur réalisateur pour son travail, il a eu du mal avec la 3D. Il était constamment frustré par le manque d'informations et le stroboscope de 24 images par seconde, ce qui rendait difficile de voir dans la profondeur de l'image. Il a également réalisé qu'il n'avait aucune idée de la façon de mettre en scène ou de tourner des scènes en profondeur volumétrique. Au cours de ce processus, le réalisateur a pris conscience à quel point les objectifs de film limitaient la profondeur de perception du spectateur et, plus profondément, comment son choix d’objectif était devenu une seconde nature - une composante de sa maîtrise du langage cinématographique.

palindromes (film)

En ce qui concerne la profondeur du cinéma 3D, 'nous ne savons pas vraiment comment assimiler cela à votre expression, votre émotion', a déclaré Lee. «Avec les objectifs [film], je peux vous dire comment le faire, quel objectif fait quoi, à quelle distance et comment vous déplacez votre mise au point. J'étais très au courant de cela. »

Pour compenser sur 'Pi', Lee a dit qu'il limitait parfois intentionnellement la profondeur possible en 3D. Pour la première fois de sa carrière, il n'était pas sûr de savoir comment cadrer les plans pour évoquer l'émotion souhaitée. Mais ce manque de familiarité l'a intrigué, surtout une fois qu'il a vu les détails nets et la profondeur de la 3D lorsqu'il est combiné avec une fréquence d'images plus élevée. C'était la première fois qu'il commençait à considérer le potentiel du cinéma numérique qui se poursuit avec son dernier travail.

«La vie de Pi»

Haishang / Kobal / REX / Shutterstock

Il a commencé à se demander s'il pouvait exprimer des concepts d'un autre monde à travers des images hyperréalistes. 'Dans la vie, nous devons être plus précis, car nous devons faire des ajustements pour pouvoir survivre', a déclaré Lee. «Nous devons être plus précis pour détecter d'une manière différente que de regarder un film de rêve. Donc, une fois que vous êtes à cet endroit, pouvez-vous faire de l'art? Pouvez-vous rêver? Toutes ces questions ont surgi pour moi. '

La chose exacte que les gens détestent à propos du HFR, ce détail supplémentaire, l'hyper-réalité, c'est ce que Lee a essayé d'explorer et d'exploiter au cours des cinq dernières années, et 'Gemini Man' montre qu'il a fait des progrès. Dans une première scène, alors qu'Henry Brogan (Will Smith) se couche, la caméra est à côté du lit, notre héros se reposant au premier plan, mais à travers la fenêtre et au fond, nous voyons un groupe d'assassins entrer dans le cadre et l'entourer sa maison. La révélation visuelle est aussi claire et émotionnellement troublante que n'importe quelle coupe; c'est un coup magistral qui prouve le chemin parcouru par Lee depuis 'Billy Lynn'.

En échangeant le drame de prestige axé sur la performance de «Billy Lynn» contre un film d'action de Jerry Bruckheimer - ainsi que le premier personnage humain entièrement créé à Hollywood, un jeune clone de Will Smith - le réalisateur «Gemini» a trouvé une excuse basée sur l'histoire pour emballer plus de détails dans le cadre. Le genre d'action prépare les spectateurs à s'attendre à l'inattendu, ce qui a donné à Lee l'excuse d'explorer comment le médium HFR 3D donne au spectateur une perception plus précise de l'environnement. En plus de projeter des scènes dans des paysages profonds à perte de vue - avec une aide considérable de la remarquable cinématographie de Dion Beebe - «Gemini Man» est à son meilleur quand il joue à notre capacité pour voir les détails que nous ne pouvons pas traiter dans une scène d'action à 24 FPS.

Dans une première séquence présentant Junior (une création basée sur la capture de mouvement WETA), un clone de Will Smith âgé de 23 ans traque Will Smith âgé de 51 ans dans une poursuite en moto. En plus des cascades normales et du jeu de tir, nous nous concentrons sur la mécanique et la stratégie de la poursuite. C'est passionnant de voir comment Junior change le chargeur d'armes à feu en conduisant d'une seule main sur une digue, tandis qu'au premier plan son adversaire plus âgé navigue sur la route, essayant d'échapper à son assassin. Lee modifie les compositions d'action traditionnelles pour nous permettre de voir de tels détails, la caméra étant souvent positionnée de face plutôt que de capturer un mouvement latéral à travers le cadre.

'Gemini Man'

capture d'écran

Dans une autre confrontation entre les deux Smith, une scène de combat au corps à corps de quatre minutes dans une catacombe aux flambeaux, nous voyons des détails qui frappent pour une mêlée chaotique. Les expressions faciales des deux hommes sont visibles sans aucune coupure ou recadrage. Au lieu d'une série d'images représentant des corps qui roulent et des coups de poing, qui se brouillent tous ensemble en 24 images par seconde, on peut clairement discerner la mécanique du combat ainsi que l'intention, la stratégie et l'émotion des personnages - ce que Lee appelle « le coup de pouce supplémentaire »nécessaire pour faire fonctionner le cinéma numérique. Lee pense que le spectateur a besoin de plus d'informations et de détails que le cinéma numérique permet.

château rock romains

“; Vous traitez le HFR 3D différemment, vous le traitez comme dans la vraie vie, ”; dit Lee. “; Lorsque vous faites cela, l'exigence est le détail. La façon dont vous le scannez et le mettez dans votre tête est en fait assez différente et vous pouvez être plus immersif, vous avez plus de gamme de la langue, et une fois que vous y entrez, c'est ce que le numérique vous promet. ”;

'Gemini Man' se résume quand il s'appuie sur les astuces d'un film d'action normal, prouvant la croyance de Lee que très peu de réalisation de films 2D se traduit par ce médium. Lee est sur quelque chose au sujet du potentiel pour que nos yeux puissent se promener dans un cadre emballé, mais il n'a pas encore associé son esthétique numérique avec le bon matériau.

'Vous devez le stimuler, vous devez l'éclairer, trouver le contraste d'une manière différente pour nous faire penser que c'est joli', a déclaré Lee. «C'est ce que j'essaye de découvrir. Ce n'est que le tout début. Je suis juste au courant, je ne sais pas encore comment le faire. »



Avant la production, le directeur de la photographie Beebe a envoyé à Lee une photo de l'un des appareils photo utilisés sur les premiers films sonores hollywoodiens. L’énorme appareil encombrant était un rappel de l’équipe maladroite de Bebe, appareil photo à 72 objectifs, qui devait fonctionner. La photo était également un rappel de ce qui s'est passé à Hollywood à la fin des années 1920 et au début des années 1930: la fin de l'ère silencieuse comprenait certains des films les plus lyriques jamais réalisés, mais elle a mis fin au moment où le son est entré, car les mécanismes d'essayer d'enregistrer des images passables le dialogue de synchronisation a tout constipé, des performances au mouvement de la caméra: Le son a tué la qualité onirique de la réalisation de films muets, pas différente de la façon dont les 120 FPS de Lee peuvent se sentir pour un public moderne.

Il peut être impossible de faire en sorte qu'un public accepte 120 FPS comme expérience cinématographique. Dans le même temps, 'Gemini Man' aborde de nouvelles possibilités qui ne peuvent pas être si facilement écartées. Alors que 24 FPS ont été perfectionnés sur plus de 100 ans, 120 FPS est une approche naissante que Lee n'a que commencé à explorer, et d'autres créateurs finiront par emboîter le pas. 'Je crois que cela deviendra de plus en plus facile', a déclaré Lee. «Il consomme beaucoup d'énergie. Le pauvre équipage doit travailler 10 fois plus dur pour qu'il ne soit même pas aussi beau, mais nous le faisons toujours parce que lorsque vous trouvez quelque chose de nouveau, quelque chose de frais, l'adrénaline est vraiment élevée. C’est la récompense. '

alexa penavega machette tue

Lee reste convaincu que l'industrie est sur le point de percer les mystères esthétiques du HFR 3D, mais se sent quelque peu isolé par ses expériences. 'La chose la plus douloureuse pour moi est le manque de rétroaction', a déclaré Lee. «Le tournage n'est que le début du processus. Vous faites une provocation et puis il y a du feedback, vous communiquez avec d'autres personnes. Sans l'expérience de projection, sans autres films, sans culture, vous n'avez aucun retour. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez, mais qu'avez-vous appris? '

'Avatar'

Twentieth Century-Fox Film Corporation / Kobal / REX / Shutterstock

Quelle que soit la réception de 'Gemini Man', cela ne signifiera pas la fin du HFR 3D - pas avec James Cameron qui tournera les quatre prochains films 'Avatar' sur le même support. Lee est convaincu que le «bien plus technique» Cameron peut faire des percées encore plus importantes et a admis qu'il n'était pas sûr de l'avenir du médium.

“; Je ne veux pas croire qu'il n'y a aucun espoir dans le cinéma numérique car il semble réel et nous ne pouvons pas regarder des films de cette façon, ”; dit Lee. “; Je pense que vous devez juste être bon dans ce domaine. ”;

Paramount lance «Gemini Man» à l'échelle nationale le 11 octobre 2019.



Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs