Cruz Angeles, «Ne me laisse pas me noyer»: rêveries, chagrin et espoir

NOTE DE LA RÉDACTION: Cela fait partie d'une série d'entrevues, menées par courriel, présentant le profil de la compétition dramatique et documentaire et les réalisateurs d'American Spectrum qui ont des films projetés au Sundance Film Festival 2009.



snl elfe sur l'étagère

Extrait du catalogue Sundance: «Lalo est issu d'une famille d'immigrants mexicains en difficulté financière. Son père, ancien concierge au World Trade Center, travaille maintenant à Ground Zero pour nettoyer les débris. La famille de Stefanie est retournée à Brooklyn après que sa sœur a été tuée dans les attaques. Alors que sa mère essaie de maintenir la famille unie, les émotions de son père n'ont d'autre issue que la colère. Lalo et Stefanie se rencontrent lors d'une fête d'anniversaire, et bien qu'ils commencent du mauvais pied, la glace fond et leur amitié naissante devient une romance clandestine. »

Ne me laisse pas me noyer
Compétition dramatique
Réalisateur: Cruz Angeles
Scénariste: Maria Topete, Cruz Angeles
Producteurs exécutifs: Ian McGloin, Virgil Price, Jamie Mai, Charlie Ledley
Producteurs: Maria Topete, Jay Van Hoy, Lars Knudsen, James Lawler, Ben Howe
Directeur photo: Chad Davidson
Concepteur de production: Inbal Weinberg
Directeur de casting: Eyde Belasco
Interprètes: E.J. Bonilla, Gleendilys Inoa, Damián Alcázar, Ricardo Antonio Chavira, Gina Torres, Yareli Arizmendi
États-Unis, 2008, 105 minutes, couleur



Veuillez vous présenter …



Je suis né à Mexico, mais j'ai grandi à South Central, LA au cours des années 80. J'ai vécu sur 76 et Figueroa, mais j'ai été transporté par bus à Bel-Air puis à West LA pour l'école. J'ai vécu LA à l'extrême et c'est ce qui fait de moi un conteur et un cinéaste - quand vous êtes un petit enfant de la capuche qui monte le grand bus scolaire jaune de haut en bas des collines opulentes de Bel-Air, alors que vos camarades de classe sont déposés dans les limousines et Benzes… eh bien, disons simplement que vous développez un enfer d'imagination. Ces histoires d'enfance stockées dans ma banque de mémoire sont le moteur de ma créativité. Les voyages quotidiens à travers LA m'ont forcé à expérimenter les polarités sociales et donc par défaut ma narration a toujours été influencée par ces différences mais aussi par les similitudes: la lutte humaine qui frappe chacun d'entre nous malgré les constructions sociales et les cages que nous avons créées pour nous-mêmes. Après le lycée, j’ai fréquenté l’UC Berkeley où la vue d’ensemble a été mise au point et c’est vraiment là que j’ai commencé à grandir et décidé de devenir cinéaste. Berkeley m'a permis de grandir, d'explorer, de faire des erreurs, de me perdre et de retrouver mon chemin. J'y ai fait du théâtre et j'ai suivi un cours de production vidéo pivot avec Loni Ding où j'ai réalisé un documentaire sur la criminalisation des jeunes à East Oakland. Depuis, je fais des films.

stefan van village

Comment avez-vous appris le «métier» du cinéma?

J'ai appris mon style de tournage à Berkeley. Maria et moi et nos amis courions avec une caméra d'actualités CP-16 sans permis tout en poursuivant des non-acteurs portant de faux fusils dans les rues moyennes d'Oakland lorsque nous essayions de faire notre court-métrage noir et blanc très cérébral et surréaliste , SACRE, sans script. Il s'agissait d'un enfant qui tentait de réprimer un incident d'abus sexuel en le remplaçant métaphoriquement par un rêve récurrent où il fantasmait d'abattre un groupe de gang-bangers qui tentaient de le sauter sur le chemin de l'école. Donc, oui, cela n'a pas tout à fait fonctionné et j'ai appris une énorme leçon: tout tourne autour du script. J'ai rapidement commencé à lire des livres sur l'écriture de scénarios. J'ai également appris ce qui pouvait être possible avec une équipe extrêmement petite, car lorsque nous avons récupéré nos quotidiens d'Alpha-Cine, nous avons été très impressionnés. D'accord, je l'admets, les deux premiers rouleaux ont été mal chargés. Nous avons exposé le film sur la base, pas du côté émulsion du négatif, mais nous étions toujours séduits par nos prises de vue en contre-plongée Citizen Kane. C'était notre propre école de cinéma et pendant environ 3 mois, nous avons tourné un week-end sur deux. J'ai alors appris des leçons difficiles, mais j'ai aussi appris ce qui était possible dans le cinéma de style guérilla et, surtout, j'ai appris à toujours essayer de le garder brut. Une partie de la qualité brute des images que nous avons eues avec seulement cinq personnes et un acteur courant et même après avoir fréquenté l'école de cinéma de NYU, il a été difficile de reproduire. Ce que j'ai tiré de cette expérience, c'est mon dynamisme et mon éthique de travail en tant que cinéaste. Dans une école de cinéma à NYU, j'ai perfectionné mes compétences en cinéma et en narration et j'ai appris la compétence la plus importante que vous ne pouvez pas apprendre dans la rue en tant que cinéaste: le montage pour le personnage et l'histoire.

Cruz Angeles, réalisateur de 'Don't Let Me Drown'. Image reproduite avec l'aimable autorisation du Sundance Film Festival

Comment ou ce qui a poussé l'idée de «Ne me laisse pas me noyer» et comment a-t-elle évolué »>

Timothée Chalamet Woody Allen film


Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs