Décennie: Wong Kar-wai sur «Dans l'humeur de l'amour»

NOTE DE LA RÉDACTION: indieWIRE republiera chaque jour le mois prochain des profils et des interviews des dix dernières années (dans leur format original et rétro) avec certaines des personnes qui ont défini le cinéma indépendant au cours de la première décennie de ce siècle. Aujourd'hui, nous allons revenir en 2001 avec une interview que Anthony Kaufman d’indieWIRE a eue avec Wong Kar-wai lors de la sortie de son chef d’œuvre très acclamé «In The Mood For Love».



INTERVIEW: «L'humeur» de Wong Kar-wai; le maître asiatique recommence



(indieWIRE / 02.02.01) - Ce n'est que février, accordé, mais Wong Kar-wai«S»Humeur d'amour'Pourrait très bien s’avérer être le meilleur film de 2001. Gagnant d’un prix spécial du jury technique lors du Festival de Cannes (pour son concepteur de production William Changet cinéastes Christopher Doyle et Li Ping-Bing), «In the Mood for Love» plaide fortement en faveur de la réalisation de films sur celluloïd au cours du nouveau millénaire. Le 7ème long métrage de Wong Kar-wai est une merveille à voir; somptueusement conçu, magnifiquement coloré, profondément triste - c'est un film dans lequel vous pouvez simplement vous noyer.



Après avoir déjà revendiqué le titre de cinéaste le plus excitant de la planète, Wong ne cesse de s'améliorer. Avec une série de chefs-d'œuvre presque ou totaux à son actif - «Comme les larmes tombent, ''Jours d'être sauvage, ''Cendres du temps, ''Chungking Express, ''Anges déchus,' et 'Heureux ensemble»- le réalisateur chinois continue d'explorer les thèmes de la solitude et du désir avec« In the Mood for Love », une histoire d'amour se déroulant dans les années 1960 à Hong Kong sur deux voisins dont les conjoints respectifs ont une liaison. Tong Leung (qui a remporté le prix Cannes du meilleur acteur) et Maggie Cheung incarnent les voisins sombres, vivant dans un immeuble claustrophobe où chaque geste et mouvement véhicule mille émotions refoulées. USA Films, qui a acquis le film au Festival de Cannes après avoir vu simplement une bobine promotionnelle, sortira le film ce vendredi à New York et dans certaines villes le 16 février. À Cannes, Wong Kar-wai a évoqué avec insistance Hong Kong, répétition, cinéma d'art, souffrance et son prochain film, «2046».

Après avoir vu le film, remémorez-vous sur le site web cool pop art http://www.wkw-inthemoodforlove.com, tandis que les mélodies évocatrices chantées en espagnol de Nat King Cole et le score nostalgique de Michael Galasso sonne autour de vous.

indieWIRE: Comment avez-vous conçu l'histoire?



'J'ai toujours voulu faire un film sur cette période, car c'est très spécial dans l'histoire de Hong Kong.'


crabes dans un baril atlanta

Wong Kar-wai: Nous avons commencé le film d'une manière différente. Au début, nous avons appelé le film «Une histoire de nourriture». L'histoire de «In the Mood for Love» est en fait l'une des histoires de ces deux personnes, des voisins, qui achètent des nouilles tout le temps. Plus tard, j'ai réalisé que la raison pour laquelle je voulais faire ce projet n'est que cette histoire, alors je l'ai développée. C'était censé être un déjeuner rapide, puis ce fut une grande fête.

iW: Une grande partie de ce film a été en quelque sorte construite en cours de route. Avez-vous construit le film plus dans la salle de montage que vos autres films?

Wong: Au début, je pensais que c'était un film facile, parce que nous avions deux personnages et que le film entier parlait de ces deux personnes, puis j'ai réalisé que c'était beaucoup plus difficile que mes films précédents avec 10 personnages, parce que nous devions mettre beaucoup de détails dedans. Nous avons tourné le film [suivant les personnages de] 1962 à 1972 et dans la salle de montage, je pense que le film s'est arrêté à 1966, qui est le film que vous voyez maintenant.

iW: Beaucoup de choses ont été laissées de côté?

Wong: Peut-être quelques jours plus tard, nous aurons une autre version.

iW: Pourquoi Hong Kong au début des années 60?

Wong: J'ai toujours voulu faire un film sur cette période, car c'est très spécial dans l'histoire de Hong Kong, car c'est juste après 1949 et beaucoup de Chinois vivent à Hong Kong et ils ont toujours leurs rêves sur leur vie de retour en Chine. Donc, comme les communautés chinoises dans le film, il y a des gens de Shanghai et ils ont leurs propres langues et ils n'ont pas de contact avec les cantonais locaux. Et ils ont leurs propres films, musiques et rituels. C’est une période très spéciale et je viens de ce milieu. Et je veux faire un film comme ça, et je veux recréer cette ambiance.

iW: Pourquoi le titre «In the Mood for Love»?

Wong: J'ai toujours voulu appeler ce film, 'Secrets' ou quelque chose sur les secrets, et Cannes a dit: 'Non, il y a déjà tellement de films avec Secrets.' Nous avons donc dû trouver un titre. Nous écoutions la musique de Bryan Ferry, appelé 'Humeur d'amour», Alors nous l'appelons« Dans l'humeur d'amour », pourquoi pas? En fait, l'ambiance du film est ce qui unit ces deux personnes.

iW: Concernant l'ambiance, qu'en est-il de l'influence latine? La souffrance semble plus latine qu'asiatique. Cela vient-il de votre tournage en Amérique du Sud sur «Happy Together»?

Wong: J’aime beaucoup la littérature latino-américaine et j’ai toujours pensé que les latino-américains et les italiens sont très proches des chinois, en particulier des femmes - jalousies, passion, valeurs familiales, c’est très proche. La musique latine du film était très populaire à Hong Kong à cette époque. La scène musicale à HK était principalement celle des musiciens philippins. Toutes les boîtes de nuit avaient des musiciens philippins, donc ils ont les influences latines. C'est très populaire dans les restaurants à cette époque. J'ai donc décidé de mettre cette musique dans le film à capturer - c'est le son de cette période. Et aussi, j'ai particulièrement aimé Nat King Cole, car il est le chanteur préféré de ma mère.

iW: Vous êtes surtout connu pour votre style de roue libre dans 'Chungking Express' et 'Fallen Angels'. Ici, c'est tout le contraire. Vous sentiez-vous restreint? Ou vous êtes-vous senti libéré parce que vous essayiez quelque chose de nouveau?

Wong: Nous nous habituons à certains types de style, et les gens disent que c'est votre étiquette ou votre marque. Et on s'y habitue. Cela devient très ennuyeux. Nous avons essayé de faire autre chose. Pour ce film, parce que Chris Doyle est en tournage, nous avons utilisé un autre caméraman, ce qui signifie que je ne peux pas être aussi paresseux qu'auparavant. Parce que dans le passé, je peux compter sur Chris pour l'éclairage et le cadre. Mais cette fois, je devais tout contrôler moi-même. Il s'agit d'un processus où je peux contrôler davantage le film et le style du film est plus attaché au contenu.

iW: Pouvez-vous parler de la direction artistique? Et tous ces magnifiques imprimés floraux?

Wong: J'ai un très bon directeur artistique, William Chang; il travaille avec moi depuis mon premier film. Fondamentalement, nous sommes du même milieu, donc il sait tout par cœur. Nous discutons rarement du film, car la façon dont nous travaillons ensemble est très organique. Il ne me sert pas; il essaie de créer ses propres idées. Je capture tout cela dans le film. Il est également le monteur du film. Alors parfois, il coupe les choses qu'il n'aime pas.

iW: Vous avez également beaucoup d'obstacles à l'appareil photo? Il crée une sorte d'espace claustrophobe.

les américains saison 3 épisode 7

Wong: Nous avons toujours voulu quelque chose devant la caméra, parce que nous voulions créer le sentiment que le public devient l'un des voisins. Ils observent toujours ces deux personnes.

iW: La conception des costumes est également très importante. Maggie change constamment.

Wong: En fait, nous avons eu 20-25 robes pour Maggie pour tout le film. Parce que nous avons interrompu le film, cela devient comme un défilé de mode; elle change tout le temps. Mon but au départ était d'essayer de montrer le film de manière répétitive. Comme, on répète la musique, l'angle d'un lieu, toujours l'horloge, toujours le couloir, toujours l'escalier. Parce que je veux montrer que rien ne change, sauf les émotions de ces deux personnes.

iW: Que pensez-vous de l'arrivée du cinéma asiatique aux États-Unis ces derniers temps? Pensez-vous que c'est une renaissance ou que le public occidental découvre enfin ce qui était déjà là?



«Mon but au départ était d'essayer de montrer le film de manière répétitive. On répète la musique, l'angle d'un lieu, toujours l'horloge, toujours le couloir, toujours l'escalier. Parce que je veux montrer que rien ne change, sauf les émotions de ces deux personnes. »


Wong: Nous avons tous besoin d'histoires. Ce qui se passe dans notre vie quotidienne change nos histoires. Vous pouvez voir le cinéma italien et la nouvelle vague française, dans les années 60, la première génération après la seconde guerre mondiale, ils ont donc beaucoup de choses à dire et une nouvelle perspective. Pendant ces deux années, le cinéma asiatique, comme le cinéma coréen, et même le cinéma thaïlandais, ils sont devenus très, très forts, car ils ont leurs problèmes et de nouvelles histoires dans leur vie. Ils ne répètent donc pas les mêmes vieilles histoires. Je pense que les jeunes cinéastes, leur pensée est plus globale, donc leurs films sont plus accessibles au public occidental.

iW: Vous avez parlé de vos influences, Antonioni, Godard, Truffaut? Ont-ils aidé à former votre style?

Wong: À Hong Kong dans les années 60, aller au cinéma était une grande chose. Nous avons des cinémas pour des films hollywoodiens, des productions locales, du cinéma européen, mais il n'y avait pas de [label de] film d'art à cette époque. Même Fellini a été traité comme un film commercial. Alors enfant, j'ai passé beaucoup de temps avec ma mère au cinéma. Et nous ne savions pas qui est un film d'art, qui est un film commercial; nous aimions juste regarder le cinéma. A cette époque, nous sommes allés au cinéma à cause du film lui-même. En ce qui concerne les influences, nous aimons ce que nous voyons. Et les sensations restent.

iW: Vous êtes cette personne pour beaucoup de jeunes cinéastes; que leur dites-vous?

Wong: Il s'agit de patience. Il faut être très patient. Vous devez attendre.

iW: Pouvez-vous nous parler de votre prochain film, «2046»?

Wong: Le film parle de promesse. En 1997, le gouvernement chinois a promis 50 ans de changement. Et je pense que je devrais faire un film sur les promesses. Les choses ont-elles vraiment changé en 50 ans? Le film se déroule donc en 2046; c'est un film futuriste, mais ce n'est pas un film de science-fiction. Ce n'est pas comme 'Le 5ème élément. 'Il a trois histoires, et chacune est adaptée d'un opéra occidental, Madame Butterfly, Carmen, et Tanhausan.

iW: Le financement de vos films est-il plus facile qu'il ne l'était, puisque vous savez avoir une bonne réputation.

Wong: Ce n’est pas aussi facile que vous l’attendez. Normalement, si vous voulez travailler avec des distributeurs européens ou des coentreprises, ils veulent avoir le script. Et nous n'avons pas de scripts, donc c'est un problème. Et vous devez trouver quelqu'un qui comprend votre travail et qui a confiance en vous. Sinon, c'est très difficile.

nouveaux spectacles novembre 2016

iW: Vous avez dit que ce film était très difficile à réaliser et émotionnellement difficile pour les acteurs. Je voulais vous poser une plus grande question: est-ce que l'art vaut la peine?

Wong: C'est une bonne question que nous nous posons sans cesse. Parce que quand tu fais un film, il y a beaucoup de gens qui souffrent avec toi, tu sais? Vous êtes loin de chez vous, et vous pensez toujours que les choses vous attendent, mais ce n'est pas le cas, elles continuent. Et pour «In the Mood for Love», c'est le film le plus difficile de ma carrière, car nous avons fait ce film pendant près de deux ans, et pendant la production, nous avons eu la crise économique asiatique, donc nous avons dû arrêter la production, parce que le les investisseurs ont tous eu des problèmes et nous avons dû trouver de nouveaux investisseurs. Nous avons continué à travailler dessus et nous savions que nous pourrions faire ce film pour toujours, car nous en sommes tombés amoureux. Et donc, nous avons décidé de mettre le film à Cannes, car cela signifiait une date limite pour le film.

Précédent:

Décennie: Darren Aronofsky dans «Requiem For a Dream»

Décennie: Kenneth Lonergan sur «Vous pouvez compter sur moi»

Décennie: Mary Harron sur «American Psycho»

Décennie: Christopher Nolan sur «Memento»

Décennie: Agnes Varda sur «Les glaneuses et moi»



Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs