Féminisme rapide; Coline Serreau parle de «Chaos»



Féminisme rapide; Coline Serreau parle de «Chaos»



par Erica Abeel



Rashida Brakni and Catherine Frot in Coline Serreau’s “Chaos”

films! TV connectée

Films de New York 2003

Auparavant, si vous vouliez faire disparaître une féministe en colère, vous la qualifieriez de 'stridente'. “Chaos,” Coline Serreau est certainement en train de devenir fou - mais il est difficile d'appeler aiguisé un cinéaste si scandaleux et carrément drôle.

Elle a d'abord attiré l'attention dans sa France natale avec un doc qui se traduit grossièrement par «Que veulent les femmes»>

Serreau est intrépide et - une bizarrerie gaullique - rafraîchissant politiquement incorrect. Bien que la culture arabe soit un sujet brûlant en France, elle refuse d'accorder une dispense spéciale aux Nord-Africains lorsqu'il s'agit de maltraiter les femmes. En fait, même si Hélène et Malika (une représentation qui a valu à Brakni un César) sont des héroïnes d'action, il n'y a même pas un gars décent symbolique dans le film. Serreau réserve sa satire la plus vitriolique, cependant, au chef d'entreprise Paul (hilarante cloué par Lindon), qui est totalement démantelé par la défection de sa femme, et à leur fils sauteur de tête.

Serreau ne limite pas non plus la portée de son attaque aux garçons qui se comportent mal. Dans «Chaos», elle fustige l’indifférence et la lâcheté suffisantes de quelques privilégiés du monde occidental - ce que les Français appellent la mauvaise foi; la tendance que nous partageons, face aux inégalités, de détourner le regard et de vaquer à nos occupations. Bien que ce ne soit peut-être pas aussi méprisable que l'abandon par Paul de Malika sur le trottoir, la plupart d'entre nous se comportent de la même manière, suggère Serreau.

indieWIRE: Comment la population musulmane en France, qui est importante, a-t-elle réagi au portrait des Algériens dans «Chaos»?

Coline Serreau: J’ai eu plus de critiques de la classe moyenne française et de la gauche que des musulmans. Parce que la plupart des immigrants musulmans en France rejettent le fondamentalisme islamique. C’est comme toute société: un mélange de tendances et de mouvements différents. La plupart des musulmans progressistes et des jeunes apprécient que la vérité ait été dite. Vous savez, dépeindre un père qui vend sa fille n'est pas une exagération, c'est la tradition à la campagne. Les enfants sont considérés comme des marchandises à échanger et à vendre, en particulier les femmes. En France, seule une minorité le fait - mais cela existe. Pour moi, il n'y a pas de différence entre un homme qui vend sa fille et le gars de la haute société française qui traite ses femmes comme il le fait. Le patriarcat provoque de nombreuses destructions sous différentes formes.

iW: Vos films ont tendance à se concentrer sur les hommes défaits. Comment tirez-vous autant d'humour de l'effondrement masculin?

Serreau: 'Trois hommes et un berceau' est l'histoire de trois connards stupides qui tombent amoureux d'un bébé. Ils découvrent les vraies valeurs de la vie, qui n'étaient pas celles avec lesquelles ils ont été élevés. Les valeurs patriarcales ne sont pas celles qui rendent les gens heureux. En fait, ces valeurs détruisent les hommes. Ce que vous appelez «fusion» est pour le mieux, car ces gars-là ont besoin de trouver quelque chose de nouveau.

iW: Une grande partie de l’humour dans 'Chaos' vient de la représentation de Vincent Lindon à la casserole morte d’un homme désemparé. Mais il est aussi un exemple effrayant d'indifférence à la détresse des autres.

Serreau: Vincent Lindon ne peut pas maîtriser la situation de sa femme, une fois qu'elle est impliquée avec Malika. Le mari et la femme sont totalement désynchronisés. La première chose que nous voyons dans le film est l'attaque contre cette fille, qui met tout dans une nouvelle perspective. Le soi-disant «normal» ne s'applique plus. Ce que Vincent fait au début est trop typique - il nettoie simplement son sang par la fenêtre et court. Hélène est différente, sa vie est transformée par l'événement.

Mais la plupart des gens s'en moquent. Si vous prenez cinq personnes sur cette planète, une est au régime et quatre sont affamées. Pourtant, cela ne semble pas nous empêcher de continuer. Ce que je montre dans ce film, c'est une personne qui ne peut pas continuer à l'ancienne. Elle est arrêtée sur ses traces. Et juste à côté d'Hélène est Paul, qui est inconscient. Nous voyons sa cécité à travers ses yeux. Et c'est là que la comédie entre en jeu. C'est aussi une tragédie. Parce que nous faisons tous ce que fait Vincent.

iW: Comment avez-vous développé votre rapport avec Vincent Lindon, et comment est-il venu incarner votre image du yuppie béat?

Serreau: J'ai fait trois films avec Vincent. C’est un très bon acteur qui aime travailler. J'ai besoin de ce genre de personnes - la plupart des acteurs n'aiment pas travailler dur et se remettre en question. Et en tant que personne, il est très conscient du bourgeois blanc typique de la classe moyenne et heureux de le jouer avec esprit. Il est capable de critiquer son propre sexe et sa classe. Il rend Paul aussi désagréable que possible, n'essaye jamais un instant de lui donner bonne mine. Il en ressent le plaisir. Fondamentalement, c'est ce genre de gars qui dirige le monde. Ce ne sont que des piqûres, vous savez, juste des cochons. Je suis vraiment reconnaissant à Vincent d'avoir trahi sa classe et son sexe.

iW: Une caractéristique de vos films est la cadence de tir rapide. Cela pourrait-il particulièrement séduire le public américain?

Serreau: Le rythme est probablement l'une des bonnes choses du cinéma américain. Dans mes films, le rythme n'est pas de maintenir l'attention, mais d'aller à l'essentiel dans chaque plan. Et quand c'est fini, passer au point suivant. Le public est intelligent et peut comprendre.

iW: Comment en êtes-vous arrivé à ce mélange de comédie, de critique sociale et de thriller?

Serreau: L'humour est la meilleure arme dont disposent les artistes. C’est l’arme la plus puissante et la plus dangereuse. Je ne l'abandonnerai jamais. Les films nous aident à penser à nos vies. Sinon, je ne vois pas l'intérêt de les faire.

iW: Avez-vous été critiqué pour avoir mélangé des genres?

Serreau: Vous connaissez les critiques, ils sont tellement conventionnels. Qui se soucie de ce qu'ils disent? Le public français a adoré. En tout état de cause, en Amérique, ils sont en meilleure santé pour mélanger les genres. En France, ils ont rejeté Shakespeare pendant des siècles parce qu'il mélangeait la comédie et le théâtre.

La vie est une combinaison de drame et de plaisir tout le temps. Dès la toute première étape de votre vie, c'est du drame. Quitter ce merveilleux corps de votre mère est un drame. Ensuite, vous commencez à rire. Toute votre vie, vous vous dirigez vers la mort, mais en attendant, vous pouvez toujours vous amuser. Si les gens rient, pleurent, sont émus, surtout pensent et vont voir le film - que voulez-vous d'autre?

iW: N'est-ce pas un peu exagéré, mais peut-être même offensant, d'assimiler les souffrances des peuples du tiers monde aux mécontentements de la bourgeoisie?

Serreau: La souffrance procède de la même racine. Il est très dangereux de penser que tout va bien pour nous en Occident, et ce n'est que leur problème. Notre richesse est basée sur le vol de leur richesse, nous sommes donc liés. Nous devons non seulement verser de l'argent dans le tiers monde - nous devons changer notre propre système. Et cela arrivera violemment, je le crains, ce qui est dommage.

S'il y avait suffisamment de politique progressiste, cela pourrait venir d'une autre manière que la façon dont elle le sera. S'ils déclenchent une guerre en Irak, mon Dieu. Mais les Américains vivent tellement loin de toute réalité qu’ils n’imaginent pas quel gâchis ça va être - pour eux. Ça va être violent pour les Américains comme c'était le 11 septembre - et ce n'est rien comparé à ce que ça va être. L'Amérique pense toujours que la planète entière est un jardin qu'ils peuvent manger. Et les Américains se sont si mal comportés que toute la colère contre eux a été cooptée par les fondamentalistes. Des gens à qui les Américains ont donné de l'argent pendant des siècles. Ça va au boomerang. J'espère que le peuple américain qui n'a pas voté pour Bush - et il y en a beaucoup - va faire un pas, sinon nous allons tous avoir de gros ennuis.

iW: Sur un autre sujet, entièrement, je n'étais pas convaincu que Malika puisse passer du travail de rue à la maîtrise de la bourse.

Serreau: Pourquoi ne serait-elle pas intelligente? Elle va dans les meilleures écoles - les écoles publiques en France sont toujours très bonnes. Pourquoi devrait-elle être différente de tout autre sorcier financier. J'ai vu beaucoup de gens de la classe ouvrière devenir ministres. Dans les films et la fiction, l'une des choses les plus importantes est le désir du public de quelque chose. Parce que c'est plus important que la réalité de la chose. Si vous incitez les gens à vouloir que quelque chose se produise, cela devient très convaincant. C'était comme ça dans 'Romuald et Juliette' - certaines personnes ont dit que l'amour entre une femme de ménage noire et un magnat n'est pas réaliste. Mais quand les gens ont vu le film, ils voulaient que cela se produise. Le désir de quelque chose comme ça est ce dont nous avons besoin pour changer la conscience.

iW>: Pourquoi DV?

Serreau: En raison du progrès technique. Maintenant, lorsque vous le transférez en 35 mm, vous pouvez faire un très bon travail. Et cela change complètement la façon de tourner, donne beaucoup plus d'heures pour la mise en scène. Il n'y a pas d'éclairage dans tout le film. Je ne pourrais jamais revenir en 35 mm et devoir attendre indéfiniment le DP. Je veux du temps uniquement pour moi.



Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs