Critique de «Last Man Standing»: la saison 7 n'est pas «Roseanne» 2.0, ce qui aide la sitcom Bland Fox à se sentir quelque peu apaisante

Tim Allen et Nancy Travis dans «Last Man Standing»



Renard

[Note de la rédaction: la revue suivante contient spoilers pour la première de la saison 7 de «Last Man Standing», épisode 1, «Welcome Baxter».]]

Après que «Roseanne» soit devenue un paratonnerre culturel, après une série de buzz construits autour de «l'Amérique centrale» ayant besoin de plus de séries orientées vers la droite, après que Roseanne Barr se soit fait virer de son propre spectacle, et après ce spectacle, elle a continué à chugging avec un changement de nom et sans son ex-star éponyme - parce que c'est ainsi que la diffusion a besoin de voix comme 'The Conners' - voici 'Last Man Standing': une série relancée de l'annulation en partie à cause du succès surprenant de 'Roseanne' et mettant en vedette un célèbre comédien conservateur qui est politicien politique lui a perdu de nombreux anciens fans de 'Home Improvement'.

morts-vivants épisodes 5

Compte tenu du climat américain en général, ainsi que des événements spécifiques qui ont suscité un débat houleux le soir de la première, le retour de «Last Man Standing» a été conçu pour être un événement déclencheur et évocateur; un rassemblement pour la droite et un autre feu pour s'éteindre pour la gauche.

Mais il n'y a pas de feu ici. La comédie ressuscitée de Tim Allen est exactement ce qu'elle a toujours été: une sorte de sitcom paresseuse prévisible construite sur des blagues faciles et les diatribes étranges et parfois erronées d'un homme blanc d'âge mûr et riche. Oui, il est conservateur, et bien sûr, il dit que certaines choses que les progressistes ne seront pas d'accord, mais 'Last Man Standing' n'est pas aussi inepte que 'Roseanne', ni incendiaire. Jouant pour une nation à fleur de peau, le moment du réveil de Fox n'est pas bon - et le spectacle ne l'est pas non plus - mais il y a un grand écart entre une sitcom hacky et une dangereuse.

Tim Allen, Nancy Travis et Christoph Sanders dans «Last Man Standing»

Renard

Walking Dead saison 9 épisode 8

Prenez la scène d'ouverture de «Welcome Baxter» (ça alors, même le titre ne fait que mettre son jeu de mots à moitié): Dans une référence insupportablement sur le nez à l'annulation de l'émission à ABC et au renouvellement à Fox, Kyle (Christoph Sanders) se plaint de ne pas trouver son émission préférée à la télévision. Lorsque Vanessa (Nancy Travis) propose qu'il a peut-être été annulé, Kyle dit: «Pourquoi annuleraient-ils une émission populaire que tout le monde aime»>

Les méta-hommages font partie de ce qu'a toujours été «Last Man Standing», tout comme les diatribes souvent ignorantes mais généralement bien intentionnées de Mike. Dans la première de la saison 7, il gâche en disant à son gendre de cesser de prêter attention aux nouvelles et de prêter plus d'attention à sa famille. Maintenant, Mike n'apprend pas que ce pourrait être un mauvais conseil à une époque où les campagnes de «sortie du vote» reçoivent plus de soutien que jamais, mais il donne accidentellement à Ryan (Jordan Masterson) l'idée de déménager au Canada, et de là il doit faire face à la fracture politique croissante au sein de sa propre famille.

Tim Allen et Nancy Travis dans «Last Man Standing»

mieux appeler saul s03e08

Renard

L'épisode 1 se termine lorsque Mike trouve son petit-fils perdu travaillant sur la moto éclatée qu'ils ont achetée ensemble. Boyd (le Jett Jurgensmeyer nouvellement embauché) s'est enfui parce qu'il avait peur de combien sa famille se battait, mais Mike le rassure que même ces failles sans précédent peuvent être guéries. «Nous avons vu quelque chose qui valait la peine d'être sauvé [la moto], et nous étions tous les deux prêts à travailler ensemble pour le réparer», explique Mike. 'Si vous avez cela, vous pouvez tout remettre en place.'

Howard Cantour avec

S'agit-il d'une approche trop simpliste d'un problème croissant?> N'a proposé aucune solution ou réflexion prévenante; c'était comme s'il voulait faire chier les gens… ou c'était juste si maladroitement écrit que personne ne pensait donner une fin correcte à certains scénarios. «Last Man Standing» est basique, comme le disaient les enfants, mais sa structure est solide: un problème présenté au début reçoit finalement une solution acceptable. Cela ne convertira personne, mais cela ne les dérangera pas non plus.

Peut-être que si les notes diminuent ou que l'attention diminue, la série d'Allen commencera à trotter des points de complot plus incendiaires. Mais à travers deux épisodes, la série tient sa promesse d'une approche «centriste». Il ne cherche pas à commencer un combat autant qu'il essaie simplement de rester en ondes. Les conservateurs devraient toujours être heureux de voir quelqu'un les défendre qui n'est pas un idiot complet à l'écran (et apparemment fou hors de lui), bien que quiconque espère une nouvelle voix à la télévision pour les familles de la classe ouvrière devra continuer à chercher. (Nous avons entendu qu'il y en a de bons.) Presque entièrement pour le mieux, 'Last Man Standing' n'est pas 'Roseanne' - mais cela ne veut pas dire que c'est bon.

Qualité: C +

«Last Man Standing» diffuse de nouveaux épisodes les vendredis à 20 h. ET sur Fox.



Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs