Films 'Mission: Impossible', classés du pire au meilleur

«Mission: Impossible - Ghost Protocol»



Peu d'acteurs ont été soutenus par une seule franchise en cours plus que Tom Cruise, et le battage médiatique entourant “; Mission Impossible: Fallout ”; prouve que plus de deux décennies après que l'ancienne émission d'espionnage des années 60 est devenue une superproduction, la formule reste plus puissante que jamais. Il est utile que la “; Mission: Impossible ”; les films n'ont jamais vraiment faibli - avec six films à ce jour, il n'y a pas de raté dans le peloton - ce qui rend le défi de les classer particulièrement délicat. Néanmoins, il y a beaucoup à explorer en revisitant les différentes entrées de cette série, qui comprend le travail d'auteurs de classe mondiale et des cascades mémorables qui en font une merveille Cruise a survécu aussi longtemps. Ici, il espère vivre encore quelques versements. En attendant, notre classement suit.

6. “; Mission: Impossible II ”; (2000)

'Mission: Impossible II'



Une façon de mettre une épingle dans une franchise potentiellement viable est de faire tout ce que John Woo a fait pour son entrée dans la série en 2000, un méli-mélo de tropes de films d'action du début, des virus voyous à quelque chose impliquant de mauvaises options d'achat d'actions - en bref, un grand ragoût d'idées narratives ennuyeuses mal exécutées. Au moins il y a Thandie Newton, cool comme un concombre et dangereux comme tout autre criminel de carrière à double croisement sur lequel les films 'M: I' ont attiré l'attention avant d'être jetés au moment où le prochain film arrive. Elle est la plus Bond Girl-esque parmi les intérêts amoureux d'Ethan, mais c'est aussi un personnage vraiment intéressant: un voleur devenu espion qui a un bon cœur et un meilleur visage de poker, bien que tout cela soit mis de côté pour la définir comme un intérêt amoureux pour Ethan, un que nous ne reverrons jamais. Le film n'est pas entièrement sans quelques autres mérites, bien sûr, et une poursuite en moto impliquant Ethan et Dougray Scott comme le mal Ambrose est un classique Woo (lumière sur les colombes, cependant), bien qu'il finisse par être battu par un autre ' M: Je »filme quand même (« Rogue Nation »). La même chose est vraie à propos de la cascade d'ouverture du film, qui voit Ethan se balancer sur un mur de pierre massif (pour … fun?), Une autre séquence de noix qui était très cool à l'époque, puis rendue sans objet par une franchise inflexible sur l'agrandissement de chaque film et plus fou, même si cela implique de rendre les cascades antérieures dérisoires en comparaison (dans ce cas, la montée de Burj Khalifa dans 'Ghost Protocol', toujours l'une des meilleures choses à se produire dans un film d'action de la dernière décennie). —KE



5. “; Mission: Impossible III ”; (2006)

'Mission: Impossible III'

De tous les auteurs commerciaux travaillant aujourd'hui, J.J. Abrams a la rare distinction de lancer sa carrière de long métrage avec un blockbuster. Le producteur de télévision de superpuissance avait déjà diffusé des émissions comme “; Alias ​​”; et “; Perdu ”; à son actif quand il a réalisé “; MI: III, ”; et cet arrière-plan apparaît dans l'une des entrées les plus strictes et axées sur l'intrigue de la franchise - la première à déployer plus d'efforts pour développer Ethan Hunt en tant que personnage. L'intrigue réelle implique des bêtises de MacGuffin sur un appareil appelé “; The Rabbit ’; s Foot, ”; mais il importe beaucoup moins que les nouveaux achilles de Hunt ’; talon: sa femme, Julia Meade (Michelle Monaghan), dont la pertinence pour la prise de décision de Hunt continue de se répercuter à travers la série.

L'épreuve de force finale implique une variation intelligente du scénario de désamorçage de bombe tendu qui était déjà devenu un cliché pour ces films, et aucune quantité de Tom Cruise en cours d'exécution ne fait la distinction de nombreuses séquences d'action. Heureusement, il n'est pas la vraie star de l'émission. Cette distinction appartient à Philip Seymour Hoffman en tant que marchand d'armes Owen Davian, toujours le meilleur méchant que ces films aient offert. Davian est un homme fou de sang-froid dont l'attitude calmement implacable apporte un réalisme étrange à un rôle qui aurait pu appeler un simple méchant en carton; quand Hunt fait pendre le personnage hors d'un avion dans une vaine tentative de faire parler Davian, le regard aux yeux morts de Hoffman dans le vent hurlant donne la `` Mission: Impossible ”; films leur image la plus indélébile depuis que cette goutte de sueur s'est glissée sur le front de Cruise. —EK

4. “; Mission: Impossible - Rogue Nation ”; (2015)

«Mission: Impossible - Rogue Nation»

'Rogue Nation' est une entrée remarquable pour une raison principale: Rebecca Ferguson. La performance de l'actrice suédoise en tant qu'agent secret du MI6 Isla Faust a donné à la franchise une voix féminine extrêmement rafraîchissante, une voix qui va de pair avec Tom Cruise en termes de coups de pied et de charisme d'écran magnétique. Ferguson était une bouffée d'air frais de cinq films dans la franchise 'Mission: Impossible', tout comme l'écrivain-réalisateur Christopher McQuarrie. L'approche de McQuarrie se traduit par l'entrée la plus étroitement construite de la franchise, ce qui fait de 'Rogue Nation' une explosion rafraîchissante qui n'atteint pas tout à fait les sensations imprévisibles des meilleurs films 'Mission: Impossible'. Dans ses mains, 'Mission: Impossible' est devenu plus démodé. McQuarrie a remplacé la caricature de Bird par une approche plus classique qui rappelait tout, d'Alfred Hitchcock à James Bond. L'entrée obtient également des points bonus pour sa scène de combat au poing d'opéra, qui reste l'une des meilleures pièces de la franchise. gras de polyoxyéthylène

3. “; Mission Impossible - Protocole fantôme ”; (2011)

«Mission impossible - Ghost Protocol»

Paramount Pictures

J.J. Abrams a rapproché la franchise 'Mission: Impossible' du territoire de Bond avec le troisième opus, mais c'est vraiment Brad Bird qui a prouvé une fois pour toutes ce qu'un film 'Mission Impossible' peut être avec 'Ghost Protocol'. Bird, le maître animateur derrière 'The Iron Giant' et 'The Incredibles', a fait ses débuts en cinéma d'action sur la suite, et a utilisé son cerveau d'animateur pour transformer les déjà célèbres pièces de la série en véritables œuvres d'art. Un combat au corps à corps entre Lea Seydoux et Paula Patton a la sensation d'un ballet d'action, tandis que l'escalade emblématique de Tom Cruise du Burj Khalifa a une tension de construction qui éclate en éclats staccato d'adrénaline. Les scènes d'action des oiseaux sont leurs propres symphonies, chacune avec une mélodie distincte et un point culminant à bout de souffle. Le film de Bird est la franchise «Mission Impossible» sous la forme d'une série de scènes d'action uniques, réalisées par des experts, et c'est la franchise à son meilleur (voir «Fallout, ”; ci-dessous). —ZS

est-ce que michael che est gay

2. “; Mission: Impossible ”; (1996)

'Mission impossible'

C'est l'image la plus étroitement associée à la première ère de la franchise «M: I»: un Ethan Hunt, coupé à lunettes et accroché à quelques centimètres au-dessus d'un étage, décrit comme «pas vraiment approprié pour être un sol de toute façon», tentant de pirater un ordinateur au moyen de disquettes massives. Il est tous les nerfs et la peur et la tension … puis il transpire, une gouttelette prête à éclater sur le même étage, alertant tout le monde de sa présence - et puis il l'attrape. C'est drôle et audacieux et intelligent, et même si à petite échelle par rapport aux décors à venir, c'est toujours celui qui est emblématique du meilleur de la série.

Mais vraiment, ce n'est même pas la meilleure séquence du film lui-même. L'élégant thriller de Brian De Palma s'ouvre avec le morceau le plus amusant à jouer dans n'importe quel film 'M: I', une fantaisie fantaisiste qui présente non seulement Ethan Hunt, mais son casting empilé de compatriotes, dont Kristin Scott Thomas et Emilio Estevez - puis les tue tous, afin de creuser dans une histoire de double croisement que toute série d'espionnage aimerait avoir dans ses rangs. Cela deviendra un rythme familier: Ethan dos au mur, devant prouver sa loyauté envers une institution qui ne le mérite pas totalement. Le film se termine par l'un de ces décors d'action très divertissants et hautement improbables que la franchise a mis au point comme sa signature: une course entre un train (avec Cruise en haut) et un hélicoptère (piloté par le méchant principal Jean Reno), ce qui rend son chemin à travers un tunnel. Sûr! C'est aussi fou que tout ce que la série a conçu depuis, et cela a préparé le terrain pour toute la folie à venir. —KE

1. “; Mission: Impossible - Fallout ”; (2018)

'Mssion: Impossible - Fallout'

Primordial

Il ne faut pas longtemps pour reconnaître que “; Mission: Impossible - Fallout ”; est l'un des meilleurs films d'action jamais réalisés. Certains verront la lumière lors du premier acte du saut HALO, lorsque Tom Cruise terminera une longue prise de vie exaltante en sautant d'un C-17 à 25000 pieds, le photographe aérien Craig O ’; Brien capturant la cascade à travers l'objectif IMAX attaché à son tête (votre mouvement, Christopher Nolan). D’autres pourraient être à la hauteur de la brillance du film lors de la scène de combat à mains nues qui suit dans la salle de bain d’une discothèque parisienne. Henry Cavill contient tellement de puissance de feu dans chaque coup qu'il doit littéralement recharger ses bras, et le réalisateur Christopher McQuarrie - invoquant le meilleur de James Bond alors qu'il tourne la bagarre sans aucune musique sur la bande originale - s'assure que nous absorbons chaque coup de corps et grimace à chaque morceau de carreau cassé.

Mais le véritable génie du dernier (et peut-être du dernier) chapitre de la longue mission “; Mission: Impossible ”; la saga n'est pas trouvée dans l'un des décors défiant la mort du film, ou de la manière élégante que McQuarrie les enchaîne comme de parfaites petites perles de violence, ou même au moment où Angela Bassett fait une phrase ridicule sur le plutonium volé avec une fureur stoïque digne du roi Lear. “; Fallout ”; est génial car il remplit une promesse que sa star a faite aux cinéphiles au cours du dernier millénaire, et - à quelques exceptions près - n'a pas renié depuis. C'est une promesse que cela a fait de lui la dernière star de cinéma de son genre, une supernova d'un seul homme qui n'a pas encore brûlé une époque où le public ne semble se soucier que des marques. Et c'est une promesse que Tom Cruise s'exprime enfin à voix haute dans le sixième épisode de la série qu'il a soutenu pendant 22 ans, et l'a soutenu en retour pendant au moins les sept dernières années: “; j'ai gagné ’; je ne vous laisserai pas tomber . ”; —DE



Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs