Critique de «Rellik»: regarder cette série de mystères à l'envers est comme un travail de détective, et certainement pas du genre amusant

Relais



Joss Barratt / CINEMAX

Voir la galerie
17 Photos

Il est impossible de parler de «Rellik», la nouvelle série policière de Cinemax, sans plonger dans la façon dont il est dit. En reculant de la fin d'une enquête sur un tueur en série et dit dans l'ordre inverse, il y a un sentiment immédiat que ce n'est pas comme les autres émissions. Contrairement à “; American Crime Story: L'assassinat de Gianni Versace, ”; qui a fait avancer des épisodes entiers tout en remontant progressivement dans une chronologie remplie de meurtres, «Rellik» est une séquence de scènes et d'interactions qui remontent dans le temps d'une demi-douzaine de façons chaque chapitre.



Le seul avantage que cette structure offre “; Rellik ”; est la capacité de mettre le public dans un état d'esprit de détective plus explicitement que tout autre spectacle de détective. Alors que DCI Gabriel Markham (Richard Dormer) patauge dans les eaux oppressantes d'une série de meurtres et d'attaques à l'acide, “; Rellik ”; laisse au spectateur le soin de rechercher des indices dans chaque ligne de dialogue et chaque nouveau lieu de passage. En reculant, l'information à la «fin» de cette histoire est toujours son propre début désorientant. (Pour utiliser une comparaison en fonction du sujet, imaginez la série comme un dossier sans contexte contenant des informations données à un officier transféré d'un autre quartier.) Les harengs rouges et les rebondissements surprise abondent toujours, même si le spectacle suit l'exemple. -jusqu'à des événements que nous avons déjà vus.



C'est une manière distincte de raconter une histoire. C'est aussi un risque énorme. La quatrième fois que vous voyez des gouttelettes de pluie inverser le cours et monter dans le ciel plutôt que vers le bas, il est difficile d'échapper à la force du spectacle pour être différent. Au début de la série, le visage de Markham est fortement marqué, le résultat de son attaque également. Quand il devient clair que la série travaille également pour répondre à ce mystère, il ne s'agit que d'un exemple d'attendre qu'un personnage rencontre quelque chose d'horrible, sachant très bien ce qui se passe après.

On ne peut pas non plus surestimer à quel point ce spectacle est oppressant. Les drames criminels britanniques n'ont jamais été de ceux qui lésinent sur la violence et la terreur psychologique, et 'Rellik' ne tire certainement pas ses coups non plus. À bien des égards, la méthode brutale préférée du tueur en série - asperger les victimes d'acide chlorhydrique et supprimer toutes les caractéristiques d'identification - est en quelque sorte la chose la moins troublante de certains de ces épisodes. La façon dont le spectacle met en doute dans l'esprit de son public quant à qui ou pourquoi ces tueries se sont produites ne fait que renforcer l'idée d'une sombre vision de la nature humaine. Lorsque les téléspectateurs ne savent jamais qui est responsable de la série ’; nombre de corps, les points reliant ce qui se passe mènent finalement à des conclusions horribles.

films à venir de 2016

Écrivain / Créateurs Harry et Jack Williams, qui jouaient auparavant avec les attentes du genre et les limites de la décence humaine dans “; Liar ”; et 'The Missing', n'épargnent aucune dépense narrative pour faire une histoire qui peut survivre en étant racontée à l'envers. Certains tournants de cette histoire sont légitimement bouleversants et vraiment inattendus. Mais une fois réunis, le volume des événements sensationnels qui se combinent pour former le cadre de ces six heures se traduit par une saga autonome où chaque lacune doit être comblée par quelque chose d'extraordinaire. Compte tenu de la façon dont ces personnages sont connectés, le spectacle doit également être très restrictif dans le nombre de personnages extérieurs apportés dans l'histoire. Au fil du temps, un rouage dans le mécanisme permettant à ce spectacle de filer en arrière dans l'espace.

Cette approche sans gaspillage de personnage est souvent le signe d'un spectacle qui se déroule de deux manières: étude de personnage nuancée ou une collection de pièces de puzzle. Essayez comme 'Rellik' pourrait donner à certains des personnages secondaires une histoire à part entière, il est inévitable que chaque nouveau personnage avec une partie parlante au-delà de la collègue de Markham, Elaine Shepard (Jodi Balfour), soit un peu plus qu'un moyen pour une fin . Au fil du temps, il est facile de sauter ces introductions inversées - il est difficile d'équilibrer la capacité d'apprécier un travail de personnage subtil tout en essayant de déterminer le contexte de toutes ces interactions.

Relais

Joss Barratt / CINEMAX

“; Rellik ”; est le déverrouillage d'une histoire à action retardée qui permet une expérience narrative qui dépend vraiment du spectateur individuel, ce qui est parfois fascinant à voir dans son exécution. Mais il y a une raison pour laquelle les histoires ne sont généralement pas racontées de cette façon. Cette gratification au point mort, de par sa nature, semble totalement manipulatrice d'une manière qui frise la fausseté. Au fur et à mesure que l'histoire progresse et que certaines informations vitales jamais abordées auparavant deviennent la plus grande clé pour déverrouiller ce qui se passe réellement, la frontière entre l'inclusion sélective des détails et Deus Ex Twistina se confond souvent.

film de princesse 2016

En tant que victime d'une attaque à l'acide lui-même, Markham est l'un des seuls personnages que le public peut effectivement exclure comme l'homme responsable de ces décès. Même si nous voyons sa relation avec sa famille se détériorer et ses vices se focaliser davantage, la vie de Markham est la ligne droite le long de laquelle le spectacle retrace son histoire. Le plus grand atout de l'émission est alors Dormer, qui donne à Markham un charme énigmatique et non quantifiable même sous toutes les cicatrices.

Le sourire de Dormer devient l'une des armes clés de l'émission. Comme pour les anciens personnages de Dormer, ces sourires sont parfois destinés à masquer l'émotion, à rassurer ou à exprimer un certain niveau de dédain. Pris au milieu d'un réseau désagréable de cadavres et de psyches brisées, Markham doit parfois transmettre toutes ces idées en un seul instant, et encore moins une scène entière.

La porte tournante des suspects qui apparaît à chaque épisode qui passe donne à ce spectacle quelque chose de procédural, même si nous sommes censés déballer l'arc complet. En revenant des victimes elles-mêmes, chaque nouveau tueur potentiel donne à ce spectacle un revers “; Columbo ”; (“; Obmuloc ”;… '>

Créditez «Rellik» au moins pour cela: dans un monde qui est gratifiant et à bien des égards encourageant la consommation passive de divertissement, c'est un casse-tête qui ne fonctionne pas si vous n'êtes pas activement engagé dans la recherche de réponses avec Markham. “; Rellik ”; Ce n'est peut-être pas le meurtre parfait, mais c'est celui qui, à mesure qu'il se déroule, vaut au moins la surveillance.

Catégorie B-

«Rellik» est diffusé le vendredi soir à 22 h. sur Cinemax.



Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs