REVUE | The Bad Touch: le «temps» de Kim Ki-duk

'Temps', Le treizième film du plus jetable des auteurs asiatiques, Kim ki-duk, devrait enfin, définitivement, exposer la stratification brevetée des ambiguïtés du réalisateur comme rien de plus que le camouflage tawdry d'une imagination vide. Comme si l'indignité de «3-fer», Avec sa descente ridicule dans la gymnastique romantique de l'homme invisible, n'était pas une punition suffisante, Kim est revenue avec un conte, apparemment,« d'amour contre le passage du TEMPS ». Sauf que« le Temps »n'a pas grand-chose dedans cela serait reconnaissable aux humains comme de l'amour, et même si nous accordions pendant une seconde que l'un de ses faisceaux de désagréments à peine esquissés errait à une distance crachante de l'émotion humaine au cours du récit, il est encore largement difficile de savoir ce que le passage du temps a à voir avec la procédure. Surtout quand le film se déroule sur une simple période de douze mois. (Cependant, cela pourrait bien représenter une éternité pour un cinéaste dont la carrière a été si profondément entachée par une hyperactivité agitée.)



Si vous avez vu Hiroshi Teshigahara«S»Le visage d'un autre' ou John Frankenheimer«S»Secondes», Alors« le temps »ne vaut certainement pas le coup d'œil. Si ce n'est pas le cas, regardez plutôt l'un de ces films. Suivre de meilleurs traitements de cette vieille vision de la renaissance de la vie et de l'amour via la transfiguration faciale avec un vagabond léger comme «Time» est une façon de se démarquer, même si, pour un cinéaste qui semble si profondément carriériste, la marque de distinction n'est pas positif. Les rôles de genre inversés de Kim - Teshigahara et Frankenheimer ont tous deux choisi la fierté de l'homme vieillissant comme point de départ de leurs investigations - en ayant inexplicablement nutso Seh-hee (Parc ji-yeon) subir une chirurgie plastique et disparaître de son petit ami malheureux Ji-woo (Ha Jung-woo, qui, pour une raison quelconque, est en train de modifier des parties du '3-Iron' de Kim sur son ordinateur personnel), pour revenir avec un nouveau visage, un nouveau nom (See-hee, joué maintenant par Seong Hyeon-a), et un comportement tout aussi troublé, mais cela ne représente pas une manœuvre audacieuse lorsque sa vision de la féminité est déjà si profondément imparfaite (voir l'un de ses autres films). See-hee parvient finalement à séduire Ji-woo, mais quand il découvre sa véritable identité par hasard, Kim, comme une moins intellectuelle David Fincher, nous tire en arrière à travers son trou de lapin ridicule, pas une, mais deux fois.

L'entrelacement de la mascarade et de la romance n'est pas exactement le truc de l'innovation narrative (Seh-hee se serait-elle transformée en cygne-qui aurait été un film), critiquant donc «Time» uniquement pour marcher timidement sur le sol plus tôt avec plus la confiance et le succès ne sont pas tout à fait justes. Alors, ne disons pas que «Time» est mal fait et plat, mal écrit, trop fixé sur un M.C. Sculpture escher-esque de deux mains entrelacées autour d'un escalier en retrait, et agissant avec brio qui reste suspendu dans le vide où un scénario cohérent aurait dû fournir un soutien. Par la sixième ou la septième confrontation hystérique entre une configuration de Ji-woo et son ancien amant dans le café qu'ils fréquentent, la plausibilité a été complètement brisée (après tant d'assiettes cassées, on pourrait penser qu'ils seraient bannis des lieux, ou quelque chose ), et le film ne parvient jamais à retrouver le moindre de ses attraits initiaux, certes engendrés par ses jeunes attrayants. Kim salue 'Printemps, été, automne, hiver… et printemps»A été un coup d’œil visuellement charmant, quoique oubliable, contre des exotiques exportables à l’échelle mondiale, qui ont généralement réussi à sa manière limitée. C'était en fait (et évidemment) un film sur le passage du temps, et un film qui semblait suggérer une nouvelle direction pour un talent mineur éparpillé. Après quelques films de plus, et maintenant «Time», le temps semble moins être un sujet de prédilection que quelque chose dont Kim Ki-duk vient de manquer.





Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs