REVUE | Knock Off: le «Roman de gare» de Claude Lelouch

Veille de la maison d'art des années 60 Claude Lelouch est, en fin de compte, vivant et bien vivant à Paris. Il a même réalisé un nouveau film; le titre, 'Roman de gare», Sans cesse puni dans le film, fait apparemment référence à ces thrillers de poche bon marché disponibles dans les gares, des trucs fauves bien pour une lecture des vacances. Un coup d'œil à mon dossier de presse inhabituellement épais montre un défenseur de Lelouch interviewé sur son statut présumé de réalisateur «populaire» ou «de masse» (tout est relatif) - d'où son adoption de matériel X.



Patricia Highsmith Hoche la tête de côté, «Roman de gare» est une collection d'aspects crineux et uniformément grossiers de best-sellers. L'approche de Lelouch est de laisser libre cours à de multiples pressentiments ambigus dans l'espoir qu'ils recouvriront simultanément le film de suspense. Le film s'ouvre sur un romancier mystère à succès (Fanny Ardant) étant grillé par des détectives en liaison avec la mort de son ghostwriter. Revenir à une nuit sombre et orageuse; la radio annonce qu'un tueur en série pederast est en liberté, attirant les enfants avec des tours de magie. Coupure sur: Pierre (Dominique Pinon) qui hante une station-service, où il essaie de prendre Huguette (Audrey Dana), une jeune femme dévastée qui vient d'être abandonnée par son fiancé alors qu'elle rentrait chez elle pour rencontrer ses parents.

Résistant au début - naturellement, comme Pinon, le meilleur souvenir aux États-Unis de Jean-Pierre JeunetFilms, a le visage écrasé d'un poisson des grands fonds - Huguette acquiesce finalement à son offre de balade. Est-il le tueur évadé? Le futur fantôme écrivain? Quelque chose d'autre entièrement? Quoi qu'il en soit, quiconque a vu un film prédira correctement que Pierre finira par se faire passer pour le petit ami absent de la famille rustique d'Huguette (ils vivent l'un de ces fantasmes fétichistes de la vie rurale, inchangé depuis le stand de Pétain à Verdun). D'où le second pressentiment: «Le renard est lâche dans le poulailler», l'assassin potentiel invité dans des intimités vulnérables.



L'idée, je suppose, est que la laideur de Pinon pourrait tout aussi bien être lue comme attachante ou sinistre, bien que le film ne développe jamais un réel sentiment de menace. Pendant bien plus longtemps qu'il n'a le droit d'être, «Roman de gare» est un film très regardable, voire engageant. Tout cela grâce à Mme. Dana, néophyte de l'écran français. Il est difficile de dire à quel point elle est actrice, mais elle est extraordinairement attrayante - ses traits sont agréablement barbares, sa voix brute et sèche - et Lelouch a le sens de lui laisser suffisamment de temps en gros plan sur l'écran central.



Le statisme inévitable se produit lorsque Huguette recule, et le film reporte son attention sur l'enroulement pesant de sa récolte de harengs rouges, ouvrant le champ à une population de personnages secondaires ternes et de doubles croisements qui produisent un effet cumulatif plus fatigant qu'étonnant. Paraphraser l'ancien «essoufflement'Slogan, la seule chose plus fastidieuse que les 10 premières minutes de' Roman de gare 'est la dernière demi-heure.

[Nick Pinkerton est un rédacteur de Reverse Shot, un contributeur à Stop Smiling et un critique régulier de Village Voice.]



Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs