REVUE | Mensonge parental: «Dogtooth»

Le thriller grec 'Dogtooth' a une prémisse originale qui devrait piquer l'intérêt uniquement pour son ingéniosité, mais la principale réalisation de l'histoire orwellienne du réalisateur Yorgos Lanthimos émerge d'une navigation attentive des humeurs. Peu de films véhiculent une atmosphère aussi énervante dans presque toutes les scènes tout en capitalisant simultanément sur une sensibilité absurde de la bande dessinée noire. Apparemment conçu comme un commentaire bizarre sur le contrôle des banlieues, 'Dogtooth' mélange la satire avec la peur psychologique.



Situé dans un ménage fade défini alternativement par l'ennui et la claustrophobie, le scénario de Lanthimos (avec le co-auteur Efthimis Fillippou) s'articule autour d'une famille de personnages anonymes mystérieusement engagés dans des routines anormales. Le père dictatorial (Christos Stergioglou) et la mère étrangement éloignée (Michelle Valley) forcent leurs trois adolescents à s'occuper d'une série de jeux sans fin qui ne servent à rien d'autre que de les distraire de la contemplation du monde extérieur. Les parents gèrent leur progéniture avec un mélange de propagande locale et de tactiques de prison brutales. Lorsque le fils (Hristos Passalis) jette des pierres sur la clôture de la cour, la principale limite de sa réalité quotidienne, il est obligé de tenir Listerine dans sa bouche jusqu'à ce qu'elle brûle.

Toute leur vie est apparemment définie par les mensonges que leurs parents leur nourrissent: n'ayant rien vécu au-delà de l'allée, les jeunes pensent qu'ils ne peuvent quitter la maison que dans la sécurité de la voiture. Ils attendent avec impatience l'expérience de passage à l'âge adulte qui arrivera une fois que l'une de leurs «dents de chien» aura chuté. Ils pensent que les avions qui passent sont des êtres grandeur nature, alors les parents laissent des avions jouets dans la cour comme s'ils étaient «tombés» sur terre. Même leur langage a été déformé par une logique indéfinie de connaissances limitées: lorsque l'une des filles demande à la mère de passer le téléphone à la table du dîner, elle lui tend le sel.



L'approche patiente de Lanthimos permet une lente immersion dans le mode de vie systématique de ce clan grotesquement anormal, mais il s'éloigne de fournir trop de réponses. Il est clair que le père travaille dans une usine où il cache ses tactiques parentales tordues à ses collègues, mais ses motivations ne se révèlent jamais complètement.



La manière concrète dont «Dogtooth» se transforme lentement en un point culminant violent crée une confusion chez le spectateur au point où il devient plus facile d'accepter simplement le manque d'explication et de rire du spectacle des vérités déformées que les parents disent à leur enfants désemparés. Lorsque le père révèle aux enfants que leur mère enceinte «donnera naissance à deux enfants et à un chien», le moment inspire un rire nerveux. Lanthimos mélange la pitié pour les sujets de cette expérience sociale inexplicable avec la crainte que, à un moment donné, leur bulle doive éclater.

L'énigme s'aggrave à mesure que nous voyons les parents gérer les dégâts. Tandis qu'ils chuchotent frénétiquement dans la cuisine («l'apparence est tout»), «Dogtooth» atteint un niveau de nervosité accru, résultant de notre incapacité à connaître les détails de leur agenda tout en connaissant les résultats démentiels. 'On ne peut plus faire confiance à personne', dit le père après avoir appris qu’un gardien de sécurité (Anna Kalaitzidou) qu’il paye pour avoir des relations sexuelles avec son fils a secrètement fait chanter ses filles.

Qu'il porte des valeurs tacites ou qu'il craigne simplement l'isolement, il ne fait aucun doute que l'homme de la maison a le flair de la créativité lorsqu'il s'agit de construire la vie de sa famille. Les divertissements en soirée comprennent la visualisation de vidéos personnelles qu'ils ont regardées tant de fois qu'ils peuvent réciter des lignes de dialogue par cœur. Les enregistrements des louanges du «grand-père» des enfants pour sa famille sont en fait des succès classiques de Frank Sinatra.

L'idée d'une enfance déformée conçue par des adultes corrompus a été explorée à fond dans la littérature, plus particulièrement 'The Giver' de Lois Lowry. Mais là où la dystopie décrite dans ce roman de 1993 contenait un crochet de science-fiction, 'Dogtooth' tire une grande partie de son pouvoir des subtilités des performances. Alors que l'un des enfants devient sceptique quant à ses limites, l'illumination arrive comme s'il s'agissait d'une impulsion innée pour s'échapper du nid. Se terminant brusquement sans véritable évasion du drame morbide, 'Dogtooth' repose sur la conclusion que rien ne peut arrêter l'assaut de la rébellion des adolescents.



Top Articles

Catégorie

La Revue

Traits

Nouvelles

Télévision

Boîte À Outils

Film

Festivals

Commentaires

Prix

Box-Office

Entrevues

Clickables

Listes

Jeux Vidéos

Podcast

Contenu De La Marque

Pleins Feux Sur La Saison Des Récompenses

Camion De Film

Influenceurs